Peindre, peindre, - Toujours peindre - Encore peindre
Le mieux possible, le vide et le plein
Le léger et le dense - Le vivant et le souffle.
Zao Wou-Ki
Retrouvez-moi lors d'une exposition

Artiste peintre depuis 1996, fidèle à ma démarche, l’expression de ma peinture abstraite se rattache au mouvement existentialisme dans ma vision libre du ressenti, se détachant du jugement porté par autrui, sur la société et ce qui l’entoure.

Dans cette quête de soi, enfermant une « angoisse » positive, je cherche ma vérité en posant des « instants » qui donnent un sens à ma vie.

L'angoisse est toujours angoisse du néant et aussi angoisse devant sa propre liberté, ici elle désigne l'expérience de l'existence humaine.

Démarche artistique

Ouvrir les portes de l’abstrait, c’est pénétrer un monde d’émotions pures et intenses, en circulant dans les régions atemporelles du corps et de l’esprit, sans attache, sans limite, sans tabou, librement !

Seul l’art permet cette résonance : intime effleurement de son être, jusqu’à l’imperceptible : ivresse des sens, anéantissement des certitudes, laissant s’échapper dans un accord parfait et une exigence sans faille toute l’authenticité du « Moi ».

Mon cheminement en peinture abstraite s’articule, depuis 2009 et après 13 années de figuratif, autour de deux séries, que je travaille exclusivement au couteau, en alternance, selon l’expression du ressenti uniquement.

La 1ère série part du triptyque « Découvrir, reconnaître, s’en aller », aux confins de ces trois verbes, à travers lesquels naître, vivre et mourir prennent tout leur sens. Je tente alors de retranscrire un univers singulier, mystérieux et absolu, où la force d’inertie et la douceur se confrontent et s’harmonisent dans la permanence de cet implacable instant : la vie !

La 2ème série des « Incertitudes », « Evolution », puis « Adoration», permet une approche rigoureuse des transparences et des aplats, comme un besoin de structurer les flottements, de canaliser toutes les impatiences de ma vie.

Je ne demande pas une place, j’espère simplement qu’au détour d’une de mes toiles, vous avez fait halte et ressenti quelque chose d’indicible. S’il n’en est rien, je poursuis mon travail, je poursuis l’envie de vous toucher, de nous revoir un jour, peut-être.